logo facebook

Salon 2019

Diane de Chamborant-Chaland

06 20 10 13 80   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   www.dianedechamborant.com

2019

2019 Diane de Chamborant corps dansants1Dans ce travail, elle poursuit sa recherche sur le corps et sa relation au monde qui l’entoure.
Des fils à nouer et dénouer traversent ces corps dansants et laissent la colonne vertébrale se déployer. Ainsi sorti du cocon, ayant déposé le corset qui l’entrave le corps respire librement; le temps est venu de l’échange avec le monde. Les plis, comme des vagues, évoquent un va-et-vient entre l’intime du corps et le monde. Ces corps dansants explorent l'espace.

Corps dansants 1, monotype,  60x75

2018

Chamborant double sens gravure technique mixte 65x50« Dans un mouvement cyclique, j'avance, je recule, les plis libèrent et accompagnent le mouvement. Plusieurs chemins s'ouvrent, chacun a sa part de mystère.
Une double lecture est possible selon l'angle choisi pour poser son regard. »
" Double sens " évoque les éléments du passé et du présent et invite à prolonger l’histoire dans un mouvement perpétuel.

"Double sens" gravure technique mixte 65x50

2017

2017 Diane de chamborant seconde peau1Le vêtement intimement lié à la personne témoigne de son existence. Il exprime la personne et la prolonge même.
Ces suspensions suggèrent le vêtement comme «seconde peau».
Ce vêtement «peau»  évoque la robe portée, devenue signe de vie et qui devient un passage vers l’intimité et les émotions.
Habité, il épouse le mouvement d’une personne jusqu’à l’usure. Élimé, effiloché, il est imprégné d’une histoire. Le papier devient une surface-peau, poreuse. Mon travail sur le papier évoque la peau comme espace sensible, sensuel.
Ces robes sont présentées dans des caisses américaines afin de faciliter l'accrochage, elles peuvent aussi être suspendues. Un éclairage est nécessaire.

"Seconde Peau 1" - Gravure associé à un travail sur le papier - 63x132 cm

2016

2016 chamborant dMon travail part d’une réflexion sur la peau. Elle est vivante. Elle est mémoire, puisqu’elle garde par ses plis, par sa couleur, la marque du temps qui passe, d’une histoire. Elle est lieu de manifestation des émotions. Les mues de certaines peaux sont le signe d’un renouvellement.

"Sans titre" - Burin, manière noire - 0,40 / 0,60 (pleine page)

© Salon des Beaux-Arts de Garches